Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Anelore

Soigner nos maux avec les mots

Voici deux textes qui sont magnifiques, ils nous amènent à la réflexion avec un grand besoin de réapprendre à "être" en toute simplicité, vivre autrement, soigner nos maux et avoir une bonne estime de soi.

Ces textes parlent à notre coeur.

 Texte de Charlie Chaplin " Des Mots pour Les Maux"

J'ai pardonné des erreurs presque impardonnables,

j'ai essayé de remplacer des personnes irremplaçables et oublié des personnes inoubliables.

J'ai agi par impulsion,

j'ai été déçu par des gens que j'en croyais incapables,

mais j'ai déçu des gens aussi.

J'ai tenu quelqu'un dans mes bras pour le protéger.

Je me suis fait des amis éternels.

J'ai ri quand il ne le fallait pas.

J'ai aimé et je l'ai été en retour, mais j'ai aussi été repoussé.

J'ai été aimé et je n'ai pas su aimer.

J'ai crié et sauté de tant de joies,

j'ai vécu d'amour et fait des promesses éternelles, mais je me suis brisé le coeur, tant de fois !

J'ai pleuré en écoutant de la musique ou en regardant des photos.

J'ai téléphoné juste pour entendre une voix,

je suis déjà tombé amoureux d'un sourire.

J'ai déjà cru mourir par tant de nostalgie.

J'ai eu peur de perdre quelqu'un de très spécial (que j'ai fini par perdre), mais j'ai survécu

Et je vis encore

Et la vie, je ne m'en lasse pas.

Et toi non plus tu ne devrais pas t'en lasser. Vis !

Ce qui est vraiment bon, c'est de se battre avec persuasion, embrasser la vie et vivre avec passion, perdre avec classe et vaincre en osant... parce que le monde appartient à celui qui ose !

La vie est beaucoup trop belle pour être insignifiante.


 

Voici un texte de Kim Mc Millen « Le jour où je me suis aimé pour de vrai ». Il a été rendu célèbre par Charlie Chaplin qui l'a lu pour ses 70 ans.

Ce texte est si beau que l'on peut le lire et le relire.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai…

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai compris qu’en toutes circonstances,
j’étais à la bonne place, au bon moment.
Et alors, j’ai pu me relaxer.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle estime de soi.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai pu percevoir que mon anxiété et ma souffrance émotionnelle
n’étaient rien d’autre qu’un signal
lorsque je vais à l’encontre de mes convictions.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle authenticité

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai cessé de vouloir une vie différente,
et j’ai commencé à voir que tout ce qui m’arrive contribue
à ma croissance personnelle.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle maturité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai commencé à percevoir l’abus dans le fait de forcer une situation,
ou une personne,
dans le seul but d’obtenir ce que je veux, sachant très bien
que ni la personne ni moi-même ne sommes prêts,
et que ce n’est pas le moment.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle respect.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai commencé à me libérer de tout ce qui ne m’était pas salutaire :
personnes, situations, tout ce qui baissait mon énergie.
Au début, ma raison appelait ça de l’égoïsme.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle amour-propre.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai cessé d’avoir peur du temps libre et j’ai arrêté de faire des grands plans.
Aujourd’hui, je fais ce qui est correct, ce que j’aime,
quand ça me plait et à mon rythme.
Aujourd’hui, j’appelle ça simplicité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai cessé de chercher à toujours avoir raison,
et je me suis rendu compte de toutes les fois où je me suis trompé.
Aujourd’hui, j’ai découvert l’humilité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai cessé de revivre le passé et de me préoccuper de l’avenir.
Aujourd’hui, je vis au présent, là où toute la vie se passe.
Aujourd’hui, je vis une seule journée à la fois, et ça s’appelle plénitude.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai compris que ma tête pouvait me tromper et me décevoir.
Mais si je la mets au service de mon cœur,
Elle devient un allié très précieux.
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article