Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Anelore

Sérendipité 

Sérendipité 
Vous connaissez ce mot ?
Le terme sérendipité a été inventé par l’auteur anglais Horace Walpole en 1754.

Issu du persan Sarandip et de l’arabe Sarandib, Walpole a formé le mot à partir d’un vieux nom Sri Lankais, Serendip. Il a expliqué que ce nom faisait partie du titre d’un ancien conte persan, appelé Les Trois Princes de Serendip.

De nos jours, le sens de ce mot s’est étendu pour désigner plus généralement les heureux accidents.

L'histoire des " princes de Serendip :
Giafer, roi de Serendip, ancien nom de l’île de Ceylan, avait trois fils. Pour parfaire leur éducation, il les envoie explorer le monde. Sur les terres de l’empereur Behram, ils rencontrent un chamelier qui leur demande si, «par hasard», ils n’ont pas vu un de ses chameaux égarés. «N’est-il pas borgne et boiteux ? Ne lui manque-t-il pas une dent ? Ne transporte-t-il pas d’un côté du miel et de l’autre du beurre ?» Le chamelier est abasourdi. En réalité les princes n’ont pas vu la bête, mais interprété avec subtilité certains indices et, par raisonnement, conclu que le chameau était le chameau recherché : l’herbe était rongée d’un seul côté du sentier, des bouchées à demi mâchées, de la largeur d’une dent, jonchaient le sol, des fourmis, aimant le gras, s’étaient agglutinées sur le bord droit de la route, alors que, sur le côté gauche, voletaient des mouches, amatrices de miel…

Au final, il repartiront avec d’autres richesses que celles qu’ils pensaient venir chercher.

La découverte de la pénicilline est un des plus bels exemples de sérendipité.

Son inventeur, Alexander Fleming, découvrit en effet les propriétés de cette substance par hasard lors d’un retour de vacances. Il constata que les moisissures de pénicilline avait tué les bactéries contenues dans une boite à pétri qu’il utilisait pour ses recherches.

En résumé, la sérendipité c'est de la chance, du hasard. Mais c’est aussi notre curiosité, notre ouverture d'esprit et notre volonté qui transforme une opportunité en une réalité.

On a parfois l’impression que tout semble sourire à certaines personnes.

Est-ce qu'elles ont plus de chance que nous ?

je ne pense pas.

Il y a des personnes sociables qui savent saisir les bonnes occasions et se donner ainsi les meilleures chances de rencontrer ces heureux hasards au détour d’une situation. L’important, c'est d'éviter la peur de l’échec et de sortir de notre zone de confort qui nous prive de tant de bonnes choses.

Ouvrons notre esprit, laissons de côté de nos craintes, cultivons les heureux hasards pour enchanter notre vie

 

La découverte «ne peut jamais surgir du seul apprentissage des savoirs disciplinaires», mais implique l’«art de l’interprétation des traces et des signes», la disponibilité de l’esprit à accueillir ce qui le surprend et le déroute.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article